Œuvres abordées

2000 : Vaughan Williams, Bernstein, Kodaly

presse (1)
affiche 2000

Ralph Vaughan Williams, A Song of Thanksgiving

Oeuvre de circonstance, A Song of Thanksgiving de Ralph VAUGHAN WILLIAMS (1872-1958) nous rappelle l'un des événements majeurs de notre XXème siècle marqué par tant de guerres. Il fut créé pour célébrer la fin du second conflit mondial qui remodela notre vieille Europe pour un demi-siècle.

Au milieu de l'année 1944, il était devenu clair que l'Allemagne nazie ne pourrait gagner la guerre. La BBC commanda à VAUGHAN WILLIAMS une œuvre pour célébrer la future victoire; le titre initial était d'ailleurs Thanksgiving for Victory. Ecrite pour un grand orchestre, soprano solo et récitant, l'œuvre fut enregistrée dès 1944 et donnée pour un exceptionnel Thanksgiving Service le 13 mai 1945.

Leonard Bernstein, Chichester Psalms

L'Occident plonge ses racines dans la Bible. En explorant les Chichester Psalms sur les textes hébreux, Leonard BERNSTEIN (1918-1990) fait vivre le texte original des psaumes 2,23,100,108,131 et 133 lors du festival de Chichester en 1965. Le compositeur lui-même les présente comme une œuvre tonale, à l'ancienne et douce, ce qui n'exclut en rien la nouveauté et la fraîcheur de l'inspiration. La présence d'une voix d'enfant en solo contribue au climat très extatique qui se dégage de cette composition se terminant dans une nuance de quadruple piano pour le chœur.

Tout en saluant ainsi la période antérieure à notre ère, nous voulons aussi rendre hommage à Leonard Bernstein, personnalité exceptionnelle de la musique de ce siècle: pianiste, pédagogue, chef d'orchestre et compositeur, disparu il y a tout juste 10 ans.

Zoltán Kodály, Te Deum

Ces deux derniers millénaires ont été forgés par le christianisme. Notre culture y a puisé les valeurs fondamentales qui l'ont façonnée. Pendant de longs siècles, les conquêtes de la polyphonie s'opèrent dans la musique sacrée qui représente, du IXème au XVIème siècle, l'essentiel de notre histoire de la musique. Le choix d'un Te Deum pour l'an 2000 s'est rapidement imposé: c'est la version du compositeur hongrois Zoltan KODALY (1882-1967) que nous interprétons pour honorer les dix siècles de musique polyphonique occidentale.

Le compositeur y explore toutes les formes de texture polyphonique, du simple mouvement contraire au développement fugué. On y trouve l'influence manifeste de certaines tournures du chant populaire hongrois. Bien qu'elle se termine dans la nuance piano sur les paroles 'in aeternum', c'est le caractère vigoureux et triomphant qui domine l'ensemble de la partition.

  • Catherine MAERTEN Soprano
  • Martin LEROY-SCHNEITER Soprano enfant
  • Marie-Noële VIDAL Alto
  • Patrick LABICHE Ténor
  • Philippe BERGERE Basse
© Choeur et Orchestre Inter-Lycées 2006 - 2009. site web : Aurélien Cametti.